L'est Républicain du 04/11/2012 - Un marathon couru d'avance.

New-York ! Pour tout marathonien qui se respecte, c'est LE rendez-vous absolu. Celui qu'il faut avoir couru une fois dans sa vie. Marie-Hélène Prenez, la sociétaire de Montbéliard Marathon, devait, aujourd'hui s'élancer parmi un peloton de quelque 40.000 personnes à l'assaut des 42 kilomètres et des poussières à travers les rue de la Grosse Pomme (Big Apple en VO). Vendredi matin elle s'est envolée pour l'Amérique. Pour des prunes ! Enfin, façon de parler. Le voyage, l'inscription, c'est au bas mot 3.000 € engloutis. Ce n'est qu'en débarquant là bas que la Montbéliardaise a appris que la course était annulée. Une issue courue d'avance, si l'on ose dire, quand on a vu les images d'une ville qui a sérieusement écopé après le passage de Sandy. Il n'en demeure pas moins que la décision d'annulation a été prise tardivement. Ce qui fait grincer bien des dents. Bruno Rochefort, l'entraîneur de Marie-Hélène Prenez, analyse cette décision avec un mélange de bon sens, de recul et de circonspection. "on est trop loin, ici, pour juger et condamner cette décision. Le marathon aurait certainement pu avoir lieu. J'imagine que les organisateurs ont pris cette décision la mort dans l'âme. D'un côté, il y a la fameuse formule "show must go on", de l'autre il y a ces polémiques qui ont été lancées. Pour beaucoup de coureurs, c'est un rêve qui est brisé mais il faut aussi se remettre dans le contexte. Pour bien des habitants de New-York, ce qui est brisé, ce n'est pas un rêve mais une réalité". On ne saurait mieux dire. Sam BONJEAN


Hélas il n'aura pas lieu ! Je n'ose imaginer la tristesse de Marie-Hélène, là bas, lorsqu'elle aura appris la nouvelle. J'étais confiant, persuadé qu'il aurait lieu mais il en sera autrement. Je comprends qu'il aurait pu se dérouler, que c'est sous la pression d'une polémique qui enflait que le maire de New-York a annoncé que la course était annulée. Nous sommes trop loin pour juger ou même condamner telle ou telle décision. Pour ma part, je trouve que tout est désormais sujet à polémique et que cette dernière est trop souvent lancée par des gens mal informés ou pas forcément concernés. Bref, cela n'y changera rien. C'est forcément la mort dans l'âme que les organisateurs ont annulé cette course qui est un moment de fête pour tous les habitants de la ville. Alors voilà, le rêve est brisé pour des milliers de coureurs qui n'auront sans doute pas l'occasion d'y retourner. Je me dis que Marie-Hélène et ses enfants auront au moins eu la chance de passer un week-end dans une ville qui ne ressemble à aucune autre. Je me dis aussi que nous devons relativiser face à l'évênement car Sandy a brisé la vie de milliers d'autres personnes.

Ci-dessous, l'article paru dans la presse cette semaine avant le départ de Marie-Hélène :

MHP - NY