Les séances à allure spécifique servent à travailler la vitesse de la course visée.

Cette allure sera évidemment différente que l'on prépare un 10 km, un semi marathon, un marathon ou encore un 100 km.

Plus la course visée est longue, plus la vitesse spécifique sera faible, aussi il ne faut pas tomber dans le piège d'aller trop vite lors des entraînements sous prétexte que l'on est facile. Lors d'une séance à allure spécifique marathon, bien sûr que vous allez être facile, si tel n'est pas le cas, vous aurez du mal à tenir 42 km à ce rythme ! Toutefois, une séance d'entraînement n'est jamais une formalité ... si la vitesse n'est pas élevée et que l'on éprouve donc une sensation de facilité, il ne faut pas pour autant se déconcentrer. La difficulté est alors de maîtriser l'allure demandée pour mieux la mémoriser et la reproduire ensuite le jour J.

Si vous ne connaissez pas votre allure, si vous ne l'avez pas 'apprise' lors des diverses séances d'entraînements, il y a fort à parier que le jour de la compétition, vous partiez sur un faux train, et comme généralement, c'est un train trop rapide, le résultat escompté n'est pas au rendez-vous !

Lors de ces séances, il est souvent plus opportun de réduire le temps de récupération entre les fractions que d'augmenter l'allure de course.

Si vous faites ces séances sur piste ou sur un parcours précisément balisé, n'hésitez pas à vérifier tous les 100m au début pour bien caler votre allure.

Quoi qu'il en soit, n'oubliez pas qu'il ne sert à rien d'aller trop vite sur ces séances, l'atteinte de l'objectif en course est le fruit de l'harmonie trouvée entre endurance et vitesse.