Le footing rapide est une séance à part entière, il doit être réalisé avec le même sérieux que les autres séances pour qu'il soit bénéfique. Par contre, c'est un exercice qui n'est pas facile à maitriser car il n'est pas décrit de façon aussi précise qu'une séancé de fractionné classique.

Le constat que je fais régulièrement est que la tendance est trop souvent à adopter une allure rapide trop tôt dans la séance. Se faisant, il devient vite impossible d'accélérer, la séance se fait dure, usante jusqu'à être obligé parfois de réduire l'allure. Alors que lorsqu'il est bien mené, ce footing rapide est une occasion de se faire plaisir car pour une fois on peut se lâcher un peu, en profiter pour courir avec d'autres habituellement plus rapides et enfin terminer vite en retrouvant quelques sensations de course.

Pour illustrer un peu comment doit se dérouler ce type de séance, je vous propose le croquis ci-dessous qui montre comment évolue l'intensité de l'effort en fonction du temps :

Footing_rapide

Donc, pendant les 15 première minutes l'intensité est faible 65% environ pour échauffer les muscles, ensuite l'accélération doit être très progressive tout au long de l'exercice de façon à atteindre 75% vers 25' de course, 80% après la demi-heure de course et enfin tenir 85% voire un peu plus dans les 8 dernières minutes. Il ne faut pas accélérer par accoups, mais au contraire le faire insensiblement sans même trop y penser.